Planner Addict

Planner Addict
Printables

VENTES

VENTES
(Album de ventes via FB)

Followers

Rechercher dans ce blog

mercredi 11 janvier 2012

[Belladone] Chapitre 3


CH3 –  Les retrouvailles

Thildène attendait sa camarade comme le lui avait demandé le Mr des Admissions. Elle se concentrait de toutes ses forces sur cette directive pour ne pas l’oublier.
En effet, il y avait deux choses à savoir sur cette petite, et c’était exactement ce que le vieil homme était en train d’expliquer à Zoshua dans son bureau.
-          Tu sais, cette petite nouvelle élève est un peu spéciale.
Zoshua ne disait rien et écoutait, captivée par toutes ces révélations.
-          Déjà, je dois te dire que Thildène est la jumelle Crimylde.
La jeune fille ne sourcilla pas à cette annonce, elle avait déjà remarqué la ressemblance quasi parfaite d’avec la suivante de sa grande sœur.
-          Tu dois savoir également qu’elle souffre d’un trouble de l’attention assez sévère et une mémoire assez peu fiable. Tu en feras l’expérience bien assez tôt, mais je préfère te prévenir. Si je t’ai demandé de l’accompagner dans ses débuts ici c’est par ce que, un peu comme toi, elle devra passer plus de temps à l’intérieur des bâtiments que dehors dans la cours. C’est surtout à cause de l’accès trop facile aux abords de la falaise qui me fait peur, il lui faudra plus de temps que les autres pour intégrer son nouvel environnement.
A ces mots, Zoshua jette un regard inquiet en direction de la petite fenêtre un peu sale qui donnait sur le patio où l’attendait toujours la fille étourdie.
Ce qu’on lui demandait était une grande responsabilité, et une question lui traversa l’esprit :
-          Mais pourquoi ce n’est pas Crimylde qui s’en occupe ?
-          Et bien… comment dire… Crimylde est du même sang, et elles ont hérités de petits soucis similaires… Elle est un peu étourdie et surtout très maladroite, sans compter qu’elle ne parle pas…J’ai peur que cela pose de sérieux problème d’organisation.
-          Oui c’est vrai… connaissant Crimylde ça tournerait à la catastrophe assez rapidement il me semble.

Thildène attendait toujours dans le patio. L’air était doux et une petite brise s’engouffrait entre les colones de pierres en sifflant gaiement. Elle commençait à trouver l’attente interminable et son esprit essayait de vagabonder près de la fontaine. Mais elle ne relâchait pas son effort et se concentrait de plus belle sur son objectif  « ne pas oublier de rester ici et d’attendre la blonde ». Ses sourcils froncé et sa respiration coupée par le travail intellectuel que cela lui demandait, la pauvre fillette commençait à craquer.
Quand la porte s’ouvrit enfin et que Zoshua en sortie, la figure de Thildène se décrispa et la couleur rouge commençait instantanément à disparaître de ses joues. Elle était soulagée et pouvait arrêter de ne pas oublier.

Zoshua se retrouva un peu bête devant sa nouvelle camarade. Elle était contente d’avoir une compagnie durant ses journées ensoleillées où tout le monde partait sur les bords de la falaise, mais elle ne savait pas comment prendre son rôle de surveillante.
Thildène, enfin délivrée de son effort de concentration, interrompi tous ses doutes en se jettant au coup de Zoshua.
-          haaaa enfin ! j’avais peur d’oublier de rester attendre. Je me suis concentrer si fort que j’en ai mal à la tête !
-          ha… hum… bah voilà je suis là.
-          Au fait… c’est quoi ton prénom déjà ?

Zoshua sourit avec tendresse et lui répondit.  Elle était vraiment heureuse d’avoir une camarade comme ça. Elle qui avait tant besoin de contact physique et d’attention, était comblée. Le Mr des admissions ne l’avait surement pas choisit au hasard. Elle prolongeât un peu l’étreinte amicale qui lui avait tant manqué, puis accompagnât sa nouvelle meilleure amie à la bibliothèque.
Elle croisât Lilyo, sa sœur dans le patio, cette dernière était revenue pour se passer un coup de peigne car le vent l’avait toute décoiffée.
-          il y’a beaucoup de vent sur la falaise, j’ai les cheveux qui s’emmêles ! Crimylde, tu veux bien aller me chercher un foulard et mon peigne, qu’on puisse arranger un peu se désastre capillaire !
-          mais ce n’est…
Zoshua n’eu pas le temps de finir sa phrase que la nouvelle s’effondra a genoux sur le pavé du patio.
-          Cri…. Cri…. Cri…
Zoshua l’avait déjà rejoint et la soutenait pour l’aider à se relever, avec un regard inquiet. Lilyo, n’avait rien compris et regardait la scène bouche bé. Sa sœur  lui donna juste un semblant d’explication :
-          C’est Thildène, la nouvelle, la jumelle de Crimylde.
A ses mots la petite en pleine crise inexplicable regardait partout autour d’elle en répétant inlassablement la première syllabe du prénom de sa jumelle. Zoshua compris finalement assez rapidement la situation et demanda à Lilyo de faire venir sa suivante à la bibliothèque au plus vite :
                - Dis a Crim… dit lui de venir à la bibliothèque, et ne la retarde pas avec tes histoires de cheveux, c’est très bien comme ça, tu fais sauvage.

Lilyo, l’air vexé, retourna en courant vers la falaise où jouait ses camarades. Elle attendit que Crimylde revienne de ses corvées habituelles pour lui demander d’aller voir sa sœur à la bibliothèque.
Arrivée parmi les étagères remplies  de livres poussiéreux, elle cherchait du regard Zoshua. Elle s’engouffra dans les rayons et erra un moment parmi les étales avant de tomber sur ce qu’elle cherchait, plus une surprise.
A la vue de la jeune fille aux longs cheveux ébènes qui émettait se son si caractéristique, Crimylde écarquilla les yeux et mima un mot. Zoshua se déporta sur la droite et laissa les deux sœurs en pleine contemplation.
Effectivement, la ressemblance était étonnante. Elles se miraient l’une dans l’autre tel un jeu de miroir. La scène qui se déroulait y contribuait fortement, les deux jumelles se scrutaient sans bouger, bouche grand ouverte et les yeux pétillants.
Au bout d’un moment, Crimylde se jeta au pieds de sa sœur, qui allait en faire de même. Leurs têtes se cognèrent mais elles s’enlacèrent tendrement. Seule Thildène articula un petit « Aille » à peine audible.   

2 commentaires: